#55 - Entretien avec François PAQUIN

 

Bien sûr c'est sympathique de rencontrer les nouveaux arrivants dans notre équipe, et il faut leur souhaiter la bienvenue mais nous n'oublions pas nos anciens joueurs, ceux qui ont permis à notre équipe, à notre club de monter de D1 en Ligue Magnus. Ils ont été Champions de France de D1 l'an dernier et pour toutes les émotions que nous avons vécues en avril dernier nous ne pouvons que leur dire un grand MERCIIII.
Le joueur que nous avons rencontré après le match retour de Coupe de la Ligue contre Strasbourg, est très apprécié par les supporters. Il est défenseur et il sait enflammer à la fois la glace lorsqu'il remonte depuis sa zone défensive vers la cage adverse et à la fois Mériadeck quand au bout de ce rush il marque pour nos couleurs.
Comme Jeff SAVAGE en son temps, il est le plus bordelais des québécois et il est aussi notre capitaine, il s'agit bien sûr de François PAQUIN.


EB – Pour ceux qui découvrent les Boxers cette saison, peux-tu te présenter, tes débuts, ton parcours ?
François – François Paquin n°55 des Boxers. C’est ma 6ième saison à Bordeaux. J’ai fait tout mon hockey mineur au Québec, dans ma région, la région des Bois Francs. J’ai joué là-bas jusqu'à l’âge de 20 ans. Puis à 21 ans, j’étais rentré en contact avec Stéphan Tartari, on avait parlé de l’aventure européenne, j’ai accepté de venir. Je voulais vivre l’expérience 8 mois, une saison, et puis je me suis laissé prendre, emprisonner par la ville  Wink. C’est ma sixième année maintenant, je suis installé avec ma copine, et tout se passe très bien.

EB – Pourquoi portes-tu le numéro 55 ?
François – C’est la 8ième saison que je porte le n°55. J’ai toujours aimé les numéros doubles 11-44-77… En 2ième année en junior, j’ai été échangé, j’ai changé de club, et puis je voulais changer de numéro aussi parce que c’était un nouveau départ. Le n°55 était disponible, c’est un numéro que j’aime bien, c’était le numéro d’un défenseur que j’aimais beaucoup dans les dernières années en NHL : Sergei Gonchar/Sergueï Gontchar. C’était un défenseur russe qui avait un instant vraiment offensif, qui bougeait bien le palet, ça me ressemblait un petit peu, alors je me suis dit pourquoi ne pas essayer le 55 et c’est restait depuis le temps.

EB – L’an dernier, la rumeur a circulé qu’après 5 années passées à Bordeaux, tu allais peut-être rentrer au Québec. Tu voulais vraiment nous faire croire qu'après avoir fait monter l'équipe en Magnus tu allais partir ?
François – Non non ça n’a jamais été dans mes projets de partir. Tout le monde le sait, je ne reçois même plus aucune offre d’autres équipes. J’en avais eu beaucoup après ma première et seconde saison. J’ai toujours voulu rester à Bordeaux, gagner à Bordeaux. Et on l’a fait l’an dernier ! J’espère continuer l’aventure avec les Boxers en Magnus le plus longtemps possible.

EB – Le staff a fixé les objectifs. Quels sont les tiens ?
François – Évidemment l’objectif premier quand tu es promu, c’est d’éviter la relégation. Avec l’effectif qu’on peut présenter, cette année, je pense qu’on peut viser plus haut. Je ne vais pas me mouiller pour la position au classement mais je pense qu’il y a de beaux trucs à faire. Coté personnel, j’étais un petit peu inquiet en début de saison, je n’avais jamais connu la Magnus, il y avait des gros joueurs qui arrivaient à Bordeaux, des gros CV, mais depuis 2-3 semaines je crois que j’ai repris de l’aisance sur la glace, je suis plus capable de jouer mon style de jeu. Je suis très satisfait jusqu’à maintenant de la façon dont je me comporte en Magnus.

EB – L’ambiance a l'air bonne au sein de ce groupe. Les personnalités semblent d’être combinées finalement ?
François – Oui oui très bien. Je vais dire que c’est un avantage maintenant, on a seulement deux joueurs qui ne parlent pas français. Andrey il comprend très bien le français donc déjà c’est très bien, et Radim, le nouveau, au début j’avais un petit peu peur, parce qu’il se retrouve à être seul tchèque, mais bon Jano fait la traduction. Ça se passe vraiment très très bien, il n’y a pas vraiment de clan, tout le monde est ensemble, on a de bonnes discussions, tout le monde a du plaisir. C’est important, ça peut paraître sur la glace comme aujourd’hui.

EB – Est-ce tu peux nous parler un petit peu de ton nouveau coéquipier ?
François – C’est un mec super, très simple. Il travaille fort, il est sérieux. Ça fait une semaine qu’on le connaît mais j’ai vraiment que du positif à dire sur lui. Il veut gagner. Il a connu du succès l’année dernière à Gap et puis il va essayer de nous transmettre un peu de ce qu’il a vécu. C’est une très très bonne acquisition.

EB – Peux-tu nous parler un peu du départ de Thierry Brothon ?
François – C’est une décision qui nous a surpris autant au niveau des joueurs qu’au niveau du « 2ième étage ». Thierry c’est quelqu’un qui était très apprécié dans l’entourage de l’équipe. Moi particulièrement j’avais vraiment une bonne relation avec lui. Ça nous a vraiment ébranlés. Après qu’est-ce qu’on peut faire ? ça reste sa décision, il a ses raisons, et puis nous, on n’a pas le choix que de respecter cela. J’ose espérer que c’est une décision réfléchie que ce n’est pas un coup de tête. Pour ma part, j’espère le revoir bientôt.

EB – Depuis le début de la saison il y a une belle affluence à Mériadeck vous sentez le public vous pousser ?
François – Ah oui !! Je regarderai à un moment pendant le dernier match contre Amiens. On perdait par 3 buts, il ne restait pas beaucoup de temps, on est allé accrocher la prolongation. Et puis quand le but égalisateur a été marqué, ce sont des frissons assurés. Ça rappelle certains moments en D1, où on a eu des égalisations en fin de match … c’est vraiment un public particulier. On sent qu’ils sont derrière nous, et ça nous aide beaucoup.

EB – Que s'est-il passé contre Amiens : vous jouez à peine 5 min dans le temps réglementaire pour arracher la prolongation et 1 petit point. Tu ne penses pas que vous avez perdu 2 points sur ce match ?
François – ouais ouais … des fois il y a des matches comme ça, il n’y a pas forcément de réponses. Ce sont des matches où on passe complètement à côté. On se voyait rentrer un peu trop vite, on avait peut-être un peu la tête ailleurs. Non il n’y a pas d’explication, et puis c’est important de tourner la page pour après « se focuser » sur ce qui s’en vient. On l’a oublié on va aller les battre chercher eux ! On est allé chercher un point, c’est un point inespéré.

EB – On parle un peu du match de ce soir contre Strasbourg. Il fallait 2 buts d'écart ... Vous en marquez 3 par tiers, il est où le neuvième but ?? Un petit problème de constance peut-être Wink !?
François – On n’en avait pas besoin Smiley La façon dont on a entamé le match, on voulait gagner les 60 min, on ne voulait pas se dire directement qu’il fallait 2 buts. On a commencé très fort, rapidement ils ont baissé les bras et la cadence. Nous on a continué, on était déchainé, le rouleau compresseur était en marche. En plus c’était à domicile, c’était bien pour le public. Il y a beaucoup de joueurs différents qui ont inscrit leur nom sur la feuille de pointage, c’est bien. Il y a vraiment que du positif à retenir sur ce match.
On n’avait pas joué un bon match à Strasbourg, il nous avait battus. Là je peux me mouiller le match est fini, mais moi je voyais une bonne victoire par 3 buts, je voyais un 5-2 ou un 4-1, un match solide défensivement. Je ne voyais pas autant d’écart mais bon 8-0 on prend aussi !!  Grin

EB – Le hasard du calendrier fait que cette semaine vous affrontez deux fois Strasbourg et que la semaine prochaine vous jouez deux fois contre Angers pour 3 compétitions différentes. C'est un planning difficile, Vous abordez les matches de coupes et ceux de la Magnus de la même manière ?
François – Il faut !! On a eu beaucoup de meeting en début de saison pour dire qu’il fallait les aborder de la même façon que c’était pour les gagner. De toute façon, on est professionnel, on veut gagner tous les matches. Peut-être que certains clubs vont jouer moins à fond certaines coupes, mais nous ce n’est pas notre cas, on veut tout gagner. Angers c’est une équipe qu’on connaît bien, on les a joués cette année en présaison mais on va dire que ça ne compte pas, et deux fois en coupe de la ligue, on les a battus deux fois. Ils vont nous attendre mardi prochain en Coupe de France. Il y aura d’abord Strasbourg en Ligue Magnus, ce sera difficile aussi.

EB – Avec tes croissants le matin tu prends des pains au chocolat ou des chocolatines ?
François – Question piège … je dis souvent chocolatine. C’est bon c’est carré !? Wink

EB – Quelque chose à ajouter
François – Continuez de nous suivre, de nous supporter on en a besoin de tout le monde. C’est une grosse saison qui est déjà en marche, on a besoin de chacun d’entre vous. Continuez de nous appuyer, ça nous motive à nous défoncer encore plus. Et puis continuez votre bon travail !

Merci François, nous aussi nous espérons une revanche à Amiens le 15 janvier  Tongue

 

 

Vous pouvez venir réagir à cet entretien sur le forum !

 

Crédit Photo : Jean-Marc Lestage

FrancoisPAQUIN

 

ImprimerE-mail