Interview : Romain MASSON

Le Boxer "un peu"  Wink bavard qui répond cette fois-ci à nos questions est Romain MASSON.
L'interview a été faite avant le match contre Brest, et oui ça date un peu  !!

E.B. – Même si ce n’est pas terminé, comment analyses-tu la saison de l’équipe ? La tienne ?
Romain – Une année très difficile, c’est vrai qu’elle a été un peu chaotique. On a rencontré énormément de difficultés cette année. C’est le jour et la nuit avec la saison dernière, où on avait aussi trouvé le facteur, en plus de notre travail. C’est difficile de passer du podium l’an passé, à pratiquement les relégations cette année, surtout qu’on a une belle équipe mais qu’on a pas su trouver la petite étincelle qui aurait pu faire changer plus d’un match dans l’année.
Personnellement, ma saison est le reflet de celle de l’équipe. Je pense qu’on est tous dans le même bateau. Malheureusement, c’est difficile de positiver et d’aller de l’avant quand chaque weekend, il faut se remettre en question, surtout qu’on n’a jamais eu la chance escomptée.

E.B. – Si tu devais résumer le match contre Montpellier par un point positif et un point négatif, quels seraient-ils ?
Romain – C’est difficile de trouver un point positif dans la défaite. Dans mon cas, j’ai plutôt tendance à chercher les points négatifs pour justement peaufiner pour le match suivant. Positiver là-dessus, c’est difficile.
Mais je dirais que le point positif, ça reste le public. Malgré l’année difficile, il a toujours été derrière nous, et c’est vrai qu’on a souvent baissé les bras, pourtant on a essayé de rebondir à chaque fois, et heureusement que le public était derrière nous pour nous soutenir.
Le point négatif, c’est vrai qu’on a été obligé d’en venir plus ou moins aux mains en fin de match, ça ne reflète pas notre état d’esprit bordelais, c’est dommage !!! Le match était perdu. Il y a un sens à cette bagarre, c’était pour défendre Romain qui avait été malmené, et pas convenablement. Et les gens n’ont pas forcément tous compris pourquoi est arrivé cet évènement. Moi-même j’étais sur la glace et j’ai vu arriver l’action à la dernière minute et j’ai compris à retardement que c’était effectivement pour défendre l’un de nôtres. Dans ce sens, c’est logique mais c’est sur que d’un regard extérieur, les gens n’ont pas compris et ont interprété. Maintenant il faut tourner la page.

E.B. – Pour les 4 matches restants, y-a-t-il une préparation particulière mentalement et/ou sportivement ? Comment les abordes-tu ?
Romain – On ne peut pas changer tout non plus, ça n’amènera pas forcément un résultat. Simplement, il va falloir se solidariser, se serrer les coudes, faut avoir les crocs, qu’on soit des chiens !! Et de la 1ere à la dernière minute, il va falloir tout donner pour le club et pour le maillot qu’on représente. Il va falloir mouiller le maillot, ne pas penser à soi, penser au club, à l’avenir du club.
Et on a 4 matches pour montrer ce qu’on vaut,  sans rattraper la saison, mais pour finir cette saison sur un point positif. On n’a pas le choix, ce sont les guerriers qui gagneront, c’est vraiment la guerre, on le sait maintenant ce n’est plus la manière mais effectivement le résultat qui va compter, donc ce sera 4 matches à fond chez nous ou à l’extérieur. Il va falloir y aller avec les crocs, les dents qui raclent la glace. Faut rien lâcher, ça c’est clair.

E.B. – Tu restes à Bordeaux si on descend en Division 2 ?
Romain – Moi, en D1, D2 ou Elite, j’ai envie de travailler pour le club bordelais. J’ai laissé comprendre aux dirigeants que mon club aujourd’hui c’est Bordeaux, que je mouillerai le maillot tant qu’on me donnera l’opportunité de le faire. J’ai envie de rester, c’est un club qui me plait, je me sens bien dans ce club.
C’est vrai que vu la saison qu’on a eu, on sait que ce sera difficile l’an prochain, mais qu’on soit en D1 ou en D2, je m’en moque, j’ai envie de continuer dans l’aventure, et justement rebondir de cette mauvaise saison, pour montrer qu’on peut finalement être rancunier de ce qui nous est arrivé, et repartir sur de bonnes bases la saison prochaine.
Il y a beaucoup de choses qui vont arriver. Stéphan TARTARI a annoncé qu’il partirait, je pense que le club a l’intention effectivement de travailler autour de ça. Et un nouvel coach, ça peut mettre un peu de jus dans le club, au niveau des joueurs ça va les booster, ça va leur donner envie de se surpasser pour montrer leur capacité et leurs qualités, à quelqu’un qui ne les connait pas. Je suis dans cet état d’esprit, pour faire avancer le club.

E.B. – As-tu toujours été attaquant ? Qu’est-ce qui te plait à ce poste ? un point à améliorer ?
Romain – J’ai toujours été attaquant. Plus jeune, je jouais plus au poste de centre, et au fur et à mesure des années, on m’a positionné à l’aile, pour déborder peut-être, je ne sais pas !? je dois avoir des qualités d’ailier !? Maintenant ça ne m’empêche pas de prendre des engagements. Sinon, je n’ai jamais vraiment joué défenseur, à part pendant les power play ou sur certains systèmes de jeu.
Ce qui me plait à ce poste, c’est aller droit au but et marquer, il n’y a pas photo,  Grin c’est l’appel de la cage et du but, c’est certain. Et aussi, si je peux distribuer à mes coéquipiers pour avoir un but derrière.
Mon point négatif, c’est l’aspect défensif, bien que je travaille, j’essaie de respecter le système de mon coach. C’est ce point sur lequel je dois travailler.

E.B. – Avec qui as-tu le plus d’affinités, sur la glace et en dehors ?
Romain –Je m’entends plus ou moins bien avec tout le monde, dans l’ensemble. C’est vrai que j’ai plus d’affinités avec des joueurs comme Vincent Cadren, Maximilien Tromeur, Cyril Lambert … on a tous des emplois du temps difficiles au-delà de l’équipe, certains travaillent, d’autres étudient. On ne se voit pas tous les jours à l’extérieur, on se voit sur la glace mais il y a des affinités qui se créent. Par exemple, avec Max, nos compagnes se côtoient donc ça aide. J’aime bien aussi Thomas Paradis, c’est une belle rencontre cette année,  Smiley et je l’ai un peu pris comme mon petit frère, il m’a bien fait sourire à maintes reprises. C’est un des joueurs de j’apprécie beaucoup. Il y a aussi Julien Leclerc, il a fait des stages au Canada avec moi. Et il est de l’âge de mon frère, il a joué en équipe de France avec lui. On vient des équipes parisiennes. Ce sont des joueurs que je considère comme des petits frères, plus que comme des coéquipiers.
Après c’est humain, on ne peut pas s’entendre avec tout le monde, ça reste quand même un vestiaire, ce serait malhonnête de dire que je m’entends parfaitement avec tout le monde, mais on se respecte, on se côtoie, il n’y a pas de souci.

E.B. – Tu fais quoi à coté du hockey ? boulot, études, distractions, etc
Romain – Je travaille pour un groupe qui s’appelle Phytalliance, c’est une entreprise spécialisée dans la minceur et le bien-être du corps. C’est de la phytothérapie, des produits naturels basés uniquement sur des plantes et des fruits.
J’ai une large palette dans ma formation, Smiley j’ai un BTS de tourisme, j’ai une spécialité dans l’évènementiel. Avec le hockey, c’est difficile de trouver une entreprise conciliante qui accorde des horaires aménagés. A mon arrivée à Bordeaux, j’ai commencé chez SFR, et puis finalement mon responsable est parti chez Phytalliance, et il est venu me démarcher. C’est pour ça que je suis maintenant spécialiste santé et non vendeur chez SFR. Cheesy

E.B. – Que fais-tu à l’intersaison ?
Romain – Je profite de la famille, vu que pendant la saison, je n’ai pas forcément le temps de les voir. Mes parents sont à Paris, ma sœur en Belgique et mon frère joue à Chamonix, c’est un peu difficile. Voilà je profite des parents, des beaux-parents, un peu  de tout le monde, et j’en profite aussi pour faire une bonne coupure. Je pense que cette année, on en aura bien besoin pour l’année prochaine.

E.B. – Ça fait quoi de jouer devant 2000-2500 personnes à domicile ?
Romain – Jouer devant autant de personnes, c’est toujours un plaisir. Je pense que c’est le gros point fort du club bordelais, c’est de jouer devant un public aussi enthousiaste. Que l’on perde ou que l’on gagne, les vrais supporters, ils sont toujours présents, et ça compte beaucoup pour moi et pour mes coéquipiers.
C’est une motivation supplémentaire et ça donne envie de se surpasser pour eux, pour notre club et pour l’équipe.

E.B. – Et maintenant il va falloir balancer, on veut des noms, dans le bus :
-   Qui est une vraie marmotte : quels noms ont déjà été cités ?!  Tongue je dois y être !! il m’est arrivé qu’on m’oublie dans le bus parce que je dormais, j’avais les boules Quiès dans les oreilles, et c’est le coach qui est venu me réveiller avec le sourire. C’était à Reims cette année, les joueurs avaient posé très tôt leur sac dans les vestiaires, et Stéphan me cherchait, et j’étais dans le bus. C’est assez comique.  Grin C’est une petite anecdote, donc je fais partie des marmottes.  Cheesy François et Francis, je pense qu’ils sont un peu comme moi.  Wink
-   Qui est le pire ronfleur : jacky peut-être ou coco
-   Qui est le plus chahuteur : Cyril Lambert, je pense.
-   Qui est le 1er réveillé : peut-être miro ou aymeric ou jano, huh ils sont souvent dans les premiers debout, je crois, avec xabi.

E.B. – Est-ce que tu t’intéresses à d’autres sports ? Que tu pratiques ou que tu suis ? Des équipes en particulier ?
Romain – J’aime bien en fin de saison jouer au roller, c’est un sport sympa, il n’y a pas de contact mais c’est une ambiance que j’aime vraiment. Après comme d’autres dans le vestiaire, je suis le baseball, la NHL, c’est normal, ce sont des sports américains. Mais je n’ai pas un sport en particulier. Mes vraies passions, ça reste le hockey et le ski (à pratiquer).

E.B. – Tu visites notre site ? une section en particulier ?
Romain – Au départ, l’année dernière et un peu en début d’année, je suis venu. J’étais curieux du regard extérieur, et puis je me suis rendu compte que des fois, ça ne m’amenait pas de positif. Finalement, j’ai un peu changé. Comme partout, il y a des propos blessants. Quand on entend son nom ou celui d’un de ses coéquipiers, ça ne fait pas toujours plaisir, parce que ça le met au fond du trou, et malheureusement pour en sortir, c’est un peu difficile.
Même si je suis inscrit sur différents sites, forums ou communautés, je suis rarement sur le net. Je me suis écarté des forums sur le conseil de mes proches qui voyaient que ça me minait d’aller lire ce que les gens mettaient sur moi comme sur l’équipe ou le club.
Comme cette année, on vit une saison difficile, je pense que ça nous aurait mis au fond du gouffre.

E.B. – En matière de lecture, de musique, de films, quels sont tes préférés ou tes derniers ?
Romain – Les derniers films que j’ai vu, c’est Limitless et Intouchables. Mon dernier livre, c’est un de Lorant Deutsch : Métronome. C’est l’histoire de la région parisienne, de Paris, il raconte l’histoire au fil du métro. Ça m’a énormément plu. Et comme j’ai fait 2 ans d’histoire de l’art, ce sont vraiment des livres qui m’attirent, parce j’ai aussi un diplôme de guide régional,  Wink voilà personne le savait.

E.B. – Ton péché mignon ?
Romain – Le coca-cola avec une banane et du nutella, ça c’est vraiment des trucs que j’adore énormément  !!  Grin

E.B. – Une petite blague ?
Romain – … là, il y a rien qui me vient l'esprit    ( il sèche et oui ça arrive Wink )

E.B. – Quelque chose à ajouter ?
Romain – J’espère que tout le club, les bénévoles, les supporters, les dirigeants vont nous soutenir, être derrière nous. On va avoir énormément besoin d’eux. Même si ça se joue sur la glace et que c’est nous qui avons les cartes en main, on aura besoin de leurs encouragements.
C’est la dernière ligne droite, le 17 mars ce sera peut-être fini, donc il ne faut pas avoir de regrets, il faut y aller à fond. Il faut prendre conscience que c’est en se solidarisant, tous ensemble, qu’on va gagner. Je pense qu’on va apporter la touche finale et le résultat qu’on attend tous. C’est tous ensemble qu’il faut aller le chercher.

Merci Romain et bonne fin de saison.

 

Venez réagir sur le forum !!

ImprimerE-mail