Interview : Romain HORRUT

Votre patience sera récompensée, voici l'interview du coach de l'équipe de U11 qui vient de gagner le tournoi d'Angers : Romain HORRUT.
Pour vous remettre dans le contexte, les propos ont été recueuillis avant le dernier match de la saison, contre Courbevoie.

E.B. – Sans revenir sur l’incident, comment va ton œil ? Et ta mâchoire suite à un choc contre Valence ?
Rom – ça va, plus de séquelles ! J’ai passé 3 examens. Au début, c’était moyen, et avec le temps, ça va mieux.

E.B. – Cette année, on a l’impression que tu as un jeu plus musclé, plus agressif. D’où vient cette évolution ?
Rom – C’est vrai que cette année, j’ai pris la saison un peu différemment des autres. J’ai suivi une préparation tout au long de la saison, ce que je ne faisais pas les années précédentes, ce qui me permet d’être mieux physiquement, d’être prêt pour attaquer les matches, les entrainements. Je le ressens sur la glace. Dorénavant j’essaierais de travailler comme ça. J’essaierais aussi de continuer cet été pour la saison suivante.

E.B. – Contre Toulouse, l’équipe a fourni un gros travail dans le 2ième tiers pour revenir au score alors qu’on était mené 4 à 0. Que vous dit ou que fait Stéphan dans le vestiaire et pendant son temps mort, pour vous remettre sur les rails ?
Rom – Avant le match, on s’était dit de ne pas commencer comme les matches précédents, en prenant 1 ou 2 buts de retard. Après le 1er tiers, le score est de 2 à 0, dans les vestiaires on s’est tous regardés … Je crois que l’équipe n’avait pris conscience de l’importance du match.
Début du 2ième tiers, on en reprend 2, ça fait 4 à 0, là effectivement Stéphan prend un temps mort, il a dit des mots durs qui nous ont touchés, vu qu’on a réagi. Et c’est vrai que vis-à-vis de l’importance du match, du groupe, du public, on ne pouvait pas se permettre de continuer la dégringolade. Ça c’est fait sur la motivation. On est remonté but par but.

E.B. - Tu as été décisif sur le match contre Toulouse, tu marques pour la première égalisation, et pour le but victorieux. Le premier nous permet de revenir enfin au score après ce gros travail de l’équipe, le deuxième de gagner ce match de folie. Que se passe-t-il dans ta tête à ces deux instants ?
Rom – Sur le 1er but, sur le 4 à 4, c’est au début du 3ième tiers, c’est important pour le groupe. Ça nous permet de revenir à égalité. Là je suis content d’avoir marqué et de recoller le groupe au score. C’était un moment important, on savait qu’on repartait à zéro, et que tout était possible. Je suis d’autant plus content que c’est François qui me fait la passe, avec qui je m’entends bien dans le groupe, et qui a encore fait un gros match et un gros boulot sur le but.
Et après le but en prolongation …. Personnellement c’est la 1ière fois en D1 que je mets 2 buts dans un même match, et en plus le but vainqueur en overtime !! Sur le moment, je n’ai pas eu le temps de calculer, j’ai pris 18 joueurs sur la gueule.  Grin C’était un pur moment de bonheur, que ce soit personnellement comme aboutissement de la saison que j’ai faite, ou pour l’équipe qui d’une part s’assure du maintien, et d’autre part, peut encore espérer pour les playoffs.
On en a bien profité le samedi soir dans le bus, et le dimanche. Maintenant, il faut aussi passer à autre chose, même si ce n’est pas facile. Il faut redescendre sur Terre et aborder le match de samedi (contre Courbevoie) comme un match vital, c’est soit on gagne et on continue, soit on perd et la saison est terminée.

E.B. – Question de Benoit Pourtanel dans le Sud Ouest : Expliquez-moi pourquoi 200 supporters bordelais font plus de bruit que 1 200 spectateurs acquis aux locaux ?
Rom – Nous, en tant que Bordelais, on peut connaitre la réponse.  Smiley C’est sur que quand on est à domicile, c’est une ambiance qu’il n’y a pas ailleurs. Toulouse je crois qu’ils avaient 3 ou 4 tambours, mais on ne les a pas entendus. Nous en plus, on a eu la chance d’avoir le public juste derrière notre banc, ça nous a poussés. Certes on a entendu des fois des choses pas bien, mais je pense que ça ne venait pas des Bordelais mais du public de Toulouse. C’est vrai que tout le long du match, on a été poussé. Un match de hockey, c’est très rapide, même à 4 à 0, on sait que les buts peuvent aller vite. Moi ça fait longtemps que je suis à Bordeaux, 3-4 ans en D1, et j’ai toujours pu constater qu’on avait un public magique, extraordinaire à domicile, comme à l’extérieur. Le public, on sait qu’on a la chance de l’avoir à l’extérieur comme à domicile. Sur ce match, en l’occurrence, on a senti l’appui, et il nous a poussés jusqu’au bout.

E.B. – On sent un changement dans l’équipe depuis 3-4 matches, vous revenez au score et vous gagnez en prolongation. Comment abordes-tu le match contre Courbevoie ?
Rom – Là, on est lundi soir, je ne sais pas encore ce qui va se dire dans le vestiaire de la part de l’entraineur, du staff et des joueurs. On va en discuter. Faire les playoffs, ce serait une grande satisfaction pour tout le monde, même si à l’image de notre saison, l’objectif était le maintien. Les playoffs, c’est du bonus, et depuis la montée en D1, on les a toujours faits. Là, on finit 8ième ou 9ième, quoi qu’il se passe. Le match il faut l’aborder comme une finale. Le groupe va tout faire pour finir le championnat en beauté. On sait les problèmes qu’on aura après, pour les quart de finale, de ne pas avoir de glace, Nice n’en aura pas non plus d’après ce qu’on nous a dit. Pour la suite, ce sera au jour le jour, on sera informé par le staff.

E.B. – Avec qui as-tu le plus d’affinités, sur la glace et en dehors ?
Rom – Je m’entends bien avec tout le monde, je n’ai aucun contentieux.
Celui avec lequel je m’entendais le mieux, il est parti, c’est Nico Mariage. Pour nous, il fait toujours parti du groupe, il vient dès qu’il peut. Sinon j’ai beaucoup d’affinités avec les Canadiens François, Francis, et puis Vince et Scorp, ils sont de ma génération aussi, et puis tous les 3, on est Bordelais. La plupart des soirées d’après-match se font avec ce groupe là. On a aussi le même âge, on est souvent ensemble, on fait la fête ensemble.
Sur la glace, cette année il y a eu des changements de lignes, Stéphan a essayé plein de choses. Sur les ¾ des matches, j’étais sur la même ligne que Xabi et Raph, et j’ai été agréablement surpris : sur la glace, on se trouve bien, et j’apprécie vraiment de jouer avec eux, ce sont 2 joueurs d’expérience. On est très complémentaires tous les 3. Les stats et les résultats prouvent que cette ligne marche bien offensivement. Et défensivement, on ne prend pas tant de buts que ça. C’est une grande satisfaction. On s’entend bien aussi à l’extérieur.

E.B. – Tu fais quoi à coté du hockey ? boulot, études, distractions, etc
Rom – J’ai la chance de travailler chez Copifac, qui est un gros partenaire du club. J’ai un statut de graphiste, je fais de la création de cartes de visite, de flyers, d’affiches, et pour le hockey d’invitations, des tenues, des affiches, des maillots, etc.
Mon emploi du temps est aménagé pour me permettre d’être présent à tous les entrainements, notamment ceux du midi, le mardi et le jeudi. Dans la semaine, j’ai un jour de « libre » pour entrainer les petits, j’ai 2 catégories, les U9 et les U11, donc je les entraine le mercredi et le samedi matin, quand on joue à Bordeaux.

E.B. – Que fais-tu à l’intersaison ? Un peu de roller hockey ?
Rom – Oui un peu de roller hockey, ça fait parti de ma vie, j’y ai joué longtemps, à haut niveau. En début de saison, je vois avec quels clubs je peux jouer ou les clubs m’appellent, dans la région bordelaise ou même des fois jusqu’à Anglet. Et après la saison de hockey, qui se finit relativement tôt, en mars-avril, je peux jouer jusqu’en juin si on va jusqu’au bout. C’est une chance et une opportunité que j’ai de pouvoir jouer avec les clubs de Bordeaux.
A coté de ça, je me repose aussi quand même, il reste aussi le boulot et 2 mois avant aout je redémarre un peu la préparation pour être en forme pour le début de la nouvelle saison de hockey.

E.B. – Et maintenant il va falloir balancer, on veut des noms, dans le bus :
-   Qui est une vraie marmotte : le constat des précédentes interviews que j’ai lues, est vrai : les Canadiens François, Francis, Jef qui dorment le plus.  Grin
-   Qui est le pire ronfleur : Bruno,  Tongue le Président quand il est là, surtout que je ne suis pas loin de lui. Xabi aussi.
-   Qui est le plus chahuteur : Vince Cadren
-   Qui est le 1er réveillé : je dirais Micka mais vu qu’il est caché dans la cabine du chauffeur, on ne sait pas trop. Mais moi comme je suis un des derniers réveillés, je ne peux pas voir qui debout le 1er.  Grin

E.B. – Si un bon génie pouvait exaucer 3 de tes vœux dans le hockey ou dans ta vie, quels seraient-ils ?
Rom – Vu ma carrière sportive, ce serait de pouvoir jouer au moins une saison en ligue Magnus avec Bordeaux, parce que c’est mon club, depuis toujours, depuis tout petit, j’ai commencé à 4 ans, dans les années futures, on sait qu’une carrière de hockeyeur, ce n’est pas jusqu’à 50 ans, là j’ai 25 ans, donc dans les 5-6 années à venir, pourquoi pas.
Ensuite, espérer pouvoir continuer à associer travail et plaisir sportif, gagner ma vie en continuant à faire un sport qui me plait comme le hockey qui est ma passion, je crois que c’est un rêve pour beaucoup d’entre nous.
Et puis, ça va tourner encore du sport, j’ai eu la chance de vivre de grands moments avec le roller hockey à haut niveau, et je sais que le hockey sur glace c’est trop tard pour jouer en nationale mais ça aurait été … ah non j’ai le dernier : ce serait finir mes années de hockey, toujours à Bordeaux avec mes copains de ma génération comme Benjamin Dieudé-Fauvel, qui on ne sait jamais pourrait venir finir sa carrière à Bordeaux, comme Nico, Vince, Cyril Lambert. Finir à Bordeaux avec cette bande de potes, on se connait depuis 20 ans, et en apothéose, pourquoi pas en Ligue Magnus, ce serait vraiment une belle fin de carrière. Smiley

E.B. – Est-ce que tu t’intéresses à d’autres sports ? Que tu pratiques ou que tu suis ? Des équipes en particulier ?
Rom – Au niveau du hockey, je n’ai pas trop le temps de suivre la NHL par exemple. Je m’intéresse pas mal au foot, je suis les Girondins, j’aime le rugby aussi. Le hockey, le foot et le rugby, ce sont les 3 sports que j’aime bien regarder à la télé ou suivre les résultats, en France ou à l’étranger, mais je n’ai pas d’équipes préférées.

E.B. – Tu visites notre site ? Une section en particulier ?
Rom – Les résumés de match, ou le forum. Après les matches ou le dimanche, tranquille, je regarde un peu ce qui se dit, comme tout le monde, il ne faut pas se le cacher. Ça peut nous aider, de savoir ce qui se dit en bien ou en mal. On ne fait pas tous nos meilleurs matches à chaque fois.

E.B. – En matière de lecture, de musique, de films, quels sont tes préférés ou tes derniers ?
Rom – Depuis tout petit, je n’ai jamais eu la passion de lire, donc je ne lis pas. Pour les films, je m’intéresse à tout, de temps en temps, je vais au ciné . Et la musique j’écoute relativement de tout, de la house, de la techno, de la musique qui me met dans l’ambiance avant les matches.

E.B. – Ton péché mignon ?
Rom – Entrecôte-frites le vendredi midi au Plana à la Victoire avec des amis, des joueurs. Le vendredi midi avant le weekend, en terrasse, au soleil  Cool

E.B. – Une petite blague ?
Rom – Non. C’est vrai que les blagues je les retiens pas !  Undecided

E.B. – Quelque chose à ajouter ?
Rom – Merci beaucoup de nous permettre de nous exprimer à travers le site des supporters. Que tout se sache, que tout le monde puisse partager la vie de groupe, certaines choses restent en interne, mais d’autres peuvent être exprimées et partagées, et là c’est le cas.
Je souhaite la meilleure fin de saison possible à l’équipe, aux supporters, au staff, à Stephan, on le sait tous ce seront ses derniers matches avec nous en tant qu’entraineur. Malgré la saison, là on est sur une bonne dynamique de 3 victoires, on va essayer d’aller chercher la 4ième, et qui sait ce qui peut arriver après, se faire plaisir jusqu’au bout, redresser la tête, faire plaisir au public. On a encore vu lors du dernier match à domicile, contre Brest, l’ambiance qu’il a eue. Pour le club, c’est important, et pour les années futures il faut que ça continue. C’est pour ça qu’il fallait absolument rester en D1, pour conserver cette osmose, cette communion avec le public. Ces moments de joie ont pourraient peut-être pas les vivre dans d’autres divisions.
On va tous tout faire jusqu’au bout pour ne pas avoir de regrets.

Merci Romain.
Venez réagir sur le forum !

ImprimerE-mail