Interview : Ján MAJERČÁK

 

Avant la reprise de la saison, voici la dernière interview faite juste avant le match contre Courbevoie avec notre 2nd assistant : Ján MAJERČÁK.
Merci à lui car il a été très patient pour trouver un horaire qui convenait.


E.B. – En tant qu’Assistant, quel est ton rôle sur la glace et dans les vestiaires ? Comment fais-tu pour galvaniser les autres joueurs ?
Jano – Même si tout le monde a le droit de parler dans le vestiaire, c’est le capitaine qui est le plus important, qui a le plus de poids, et qui gère les gars s’il le faut.
Et l’assistant est là pour l’aider pour tout aille dans le bon sens, et l’accompagner pour prendre certaines décisions.

E.B. – Cette année, la défense a été malmenée. Comment as-tu géré cela ?
Jano – C’est clair, ça n’a pas toujours été facile. On a pris beaucoup de buts. Sans défendre la défense, je ne dis pas qu’on a fait de bons matches, mais quand ça va mal, il faut prendre l’équipe entière, et pas seulement la défense.
On travaille dur aux entrainements, on donne tout et on voit en match comment ça fonctionne.

E.B. – Contre Toulouse, l’équipe a fourni un gros travail dans le 2ième tiers pour revenir au score alors qu’on était mené 4 à 0. Que vous dit ou que fait Stéphan dans le vestiaire et pendant son temps mort, pour vous remettre sur les rails ?
Jano – Toulouse, c’était un match particulier, où on a bien raté le début. On s’est fait mener 2 – 0, et puis 2 buts de plus au tout début du 2ième tiers temps, ça faisait 4 – 0 !!
Au temps mort, Stephan nous a surtout dit qu’il avait honte, pour nous et pour tout le monde. Ça a bien marché, parce qu’on s’est bien « démerdé » pour revenir au score. Dès nos 1er buts, j’étais sûr qu’on allait gagner.

E.B. – Vous avez des actions ou des parts dans les sociétés de pacemakers ? Vous allez nous achever avec des matches à suspense comme ceux-là !! C’est dur pour les supporters.
Jano – Non Non  Grin Tout le match est particulier. Il ressemble à aucun autre. La saison a été difficile, quand on perd plusieurs matches d’affilée, le moral baisse. Mais là, honnètement pour moi, toulouse c’était vraiment particulier, on était bien, même en prenant 4 buts, personne n’a baissé la tête ou les bras. On y est allé, on a marqué et on est remonté.

E.B. – Question de Benoit Pourtanel dans le Sud Ouest : Expliquez-moi pourquoi 200 supporters bordelais font plus de bruit que 1 200 spectateurs acquis aux locaux ?
Jano – Hé bien voilà, parce que ce sont des supporters,  Grin qui connaissent le hockey, qui nous suivent partout en France, et puis j’ai l’impression que les supporters de Toulouse viennent pour bouffer les hot-dogs et prendre leur bière.
C’est sûr qu’on joue autrement quand il y a de l’ambiance comme celle-là.

E.B. – On sent un changement dans l’équipe depuis 3-4 matches, vous revenez au score et vous gagnez les prolongations. Comment abordes-tu le match contre Courbevoie ?
Jano - C’est vrai que ça va beaucoup mieux depuis Brest, une victoire comme celle-là ça fait du bien, le moral est remonté, ça se sent à l’entrainement, ça se passe mieux, la pression est redescendue vu qu’on est sur de rester en Division 1. Je fais partie des plus anciens et ça ne m’était jamais arrivé de jouer le maintien, on a toujours joué les play-offs, mais ce n’est pas fini il reste Courbevoie.
Le match contre courbevoie, ça va être particulier. Déjà la patinoire pour moi, c’est une patinoire de m…., parce qu’il fait chaud là-bas à cause de la piscine. S’ils gagnent, ils font les PO, si on gagne, on fait les PO. A mon avis, les chances sont de 50-50 parce que eux comme nous, on joue pour aller en play-offs. C’est sûr qu’on a envie de plus grand, de continuer. A voir …

E.B. – As-tu toujours été défenseur ? Qu’est-ce qui te plait à chaque poste ?
Jano – Non, j’ai commencé en attaque au centre, jusqu’à 16 ans, où je me suis cassé la main, et pendant mon absence de 5-6 mois, j’ai grandi énormément alors que j’étais toujours le plus petit. L’entraineur m’a mis en défense, le premier match j’ai mis deux buts, depuis je défends, je défends, je défends et je ne veux pas changer.
Ce que j’aime c’et la vision du jeu, parce que tu as tout le jeu devant toi, et aussi, parce que je suis un défenseur physique, c’est de pouvoir filer un coup de main en attaque.

E.B. – Rien ne presse, mais penses-tu finir ta carrière à Bordeaux ou serait-il possible que tu partes vers d’autres clubs ?
Jano – Je me sens encore bien, je me vois encore bien continuer le hockey. Je suis bien à Bordeaux. Bon ça dépend de beaucoup de choses, mais je me vois bien finir ma carrière à Bordeaux.

E.B. – Avec qui as-tu le plus d’affinités, sur la glace et en dehors ?
Jano – Ici, tu peux sortir avec n’importe qui, on s’entend tous bien. Après je suis slovaque, et il y a toujours eu un slovaque avec qui je me suis bien entendu. Avec Cyril Boubé ou tous les anciens, on se connait bien, depuis longtemps, on a vécu des choses ensemble. Pareil avec Stéphan, j’ai commençais à jouer avec lui en D2, il était aussi entraineur.
Sur la glace, pas d’affinités particulières, on s’adapte.

E.B. – Tu fais quoi à coté du hockey ? boulot, études, distractions, etc
Jano – Je travaille dans le batiment, je fais des cloisons, les horaires ne sont pas aménagés, mais je m’arrange.

E.B. – Et maintenant il va falloir balancer, on veut des noms, dans le bus :
-   Qui est une vraie marmotte : c’est moi, je me couche toujours le premier, et je me lève, pas forcément le premier mais en même temps que tout le monde. Quand un de nous se réveille, les autres suivent.
-   Qui est le pire ronfleur : Courally !!
-   Qui est le plus chahuteur : Vincent Cadren
-   Qui est le 1er réveillé : Jacky

E.B. – Si un bon génie pouvait exaucer 3 de tes vœux dans le hockey ou dans ta vie, quels seraient-ils ?
Jano – Dans ma vie, le premier est déjà effectué, c’est la naissance de ma fille. Le deuxième ce serait de faire quelque chose avec les Boxers, je ne parle pas forcément de monter en Elite, mais au moins de faire une bonne finale, jouer à la maison, dans cette patinoire, (parce qu’avec ce qu’il se passe en ce moment, on ne joue pas souvent à la maison), faire quelque chose, avoir un peu de réussite dans ma carrière. Le troisième ce serait de gagner à l’Euromillions et d’inviter une dizaine de potes sur un bateau, et partir à Miami ou un truc comme ça pour faire la fête.

E.B. – Est-ce que tu t’intéresses à d’autres sports ? Que tu pratiques ou que tu suis ? Des équipes en particulier ?
Jano – Je m’intéresse au hockey en général, je regarde les résultats, et au foot surtout pour les matchs de la Ligue des Champions. Et pas d’équipe en particulier. Après s’il y a un bon match à la télé, je regarde de tout aussi, comme du tennis, etc.

E.B. – Tu visites notre site ? Une section en particulier ?
Jano – Je regarde le site, je vais voir s’il y a des trucs intéressants, des photos. Je vais sur le forum, pour savoir qui a brassé  Wink

E.B. – En matière de lecture, de musique, de films, quels sont tes préférés ou tes derniers ?
Jano – J’aime bien les films, surtout les films d’action, et le dernier vu c’est Les Infidèles, qui était pas mal. En musique, j’écoute ce qui est au top à la radio, rien en particulier.

E.B. – Ton péché mignon ?
Jano – C’est facile, un bon verre de rouge, avec tout ce qui va avec : donc une bouteille de pinard, frites, un bon repas.

E.B. – Une petite blague ?
Jano -  Oufff   huh (EB – je n’ai pas toujours eu une réponse …) … je crois que tu ne vas pas avoir là non plus  Cheesy (ndlr, il a beau chercher, il n’en trouve pas. Tant pis.)

E.B. – Quelque chose à ajouter ?
Jano – Oui un petit message aux supporters : personnellement, et en tant qu’assistant, ça nous fait sincèrement plaisir que vous veniez à tous les matches. Après, je ne sais pas si c’est difficile financièrement et pour le reste, mais à mon avis, ça ne doit pas être donné (EB – 45-60 € en moyenne). Oui voilà ! Il faut vraiment aimer ce sport. Au nom de l’équipe, merci d’être là, vous nous supportez encore même si on ne fait pas des résultats de rêve à chaque fois.

Merci Jano.

 


Venez réagir sur le forum

ImprimerE-mail